tao te king chap. 26

« Le grave est la racine du léger ; le calme est le maître du mouvement.

De là vient que le saint homme marche tout le jour (dans le Tao) et ne s’écarte point de la quiétude et de la gravité.

Quoiqu’il possède des palais magnifiques, il reste calme et les fuit.

Mais hélas ! les maîtres de dix mille chars se conduisent légèrement dans l’empire !

Par une conduite légère, on perd ses ministres ; par l’emportement des passions, on perd son trône. »

Appliquons ce verset à la pratique des Arts énergétiques.

 

Comme toujours, on nous invite à respecter l’harmonie entre les aspects Yin et Yang de nos activités et de nos rythmes. Mais ici, l’accent est donné sur un Yin considéré comme racine du Yang. La racine apporte les nutriments à la plante, elle constitue aussi la structure de base sans quoi la vie ne tient pas.

 

Dans la pratique du Qi gong, la multiplication de l’apprentissage des formes ne peut aboutir ou être pleinement vécu sans enracinement du corps et de l’esprit, sans l’affinement des sensations et la disponibilité du corps sur le plan des tendons, ligaments et structure musculaire. L’application de ce commentaire Taoïste nous invite à limiter le Yang d’une activité trop dispersée même en Qi gong en renforçant le Yin d’une base solide du corps et de l’esprit.

 

Dans les Nei dan, que ce soit lors de pratiques de méditations ou d’alchimie interne très orientées sur un travail de l’esprit, c’est à dire Yang, un préalable à la fois au confort des pratiques et à la disponibilité de l’esprit consiste à se préoccuper de son corps. Il s’agit du confort des postures mais aussi de ‘l’entrainement du corps » comme justement ce que permet le Qi gong.

 

Nous verrons dans nos apprentissages de Qi gong et de Nei dan, l’intérêt d’un processus commençant par la stabilité de l’esprit, la voie du calme comme préalable à l’apprentissage du Qi gong, lui même bénéfique à l’abord des Nei dan et donc au travail de l’esprit.

A lire également